Google News 2005 : la révolution de la pige éditoriale est en marche

Par défaut

Google News, c’est tout le savoir-faire technologique de Google dans un service de pige éditoriale accessible pour tous. Sans avoir à se rendre sur les 4000 sites des médias référencés, l’utilisateur peut retrouver l’ensemble des articles parus sur le moteur de recherche. Se pose pourtant le problème des droits de rediffusion, le moteur de recherche de Google pouvant notamment garder en mémoire l’intégralité des archives des journaux en ligne.

Google ne cesse de réinventer la recherche sur Internet.

Après avoir mis en place des moteurs dédiés indexant des pages Web complètes dans ses bases de données, mais également des images et leurs commentaires, des documents multimédias en Acrobat PDF, Microsoft Word ou Powerpoint, l’entreprise a mis en place il y a deux semaines aux États-Unis un nouveau service : Google News. Il s’agit d’une nouvelle offre de recherche qui se concentre uniquement sur les sites médias éditoriaux onLine et qui enregistre quotidiennement le contenu des sites, notamment les articles.

« Cet outil répond à une demande de la part des Internautes habitués aux fonctionnalités de Google, commente Fabio Selmoni, directeur des ventes et des opérations en Europe chez Google. Certains d’entre eux font des recherches sur nos pages uniquement pour des articles parus dans les sites éditoriaux. Ils nous ont d’ailleurs fait savoir à plusieurs reprises qu’ils souhaitaient un moteur de recherche dédié. »

Google News investit donc le front du contenu éditorial d’information où l’utilisateur retrouve en quelques clics l’ensemble des articles parus sur la presse onLine. Il enregistre et indexe les papiers et illustrations. Pour accentuer la pertinence, le rafraîchissement de la base de données est effectué plusieurs fois par jour, ajoutant ainsi des articles parus dans les quelques heures qui précèdent. Quand l’Internaute passe une requête, Google affiche une page où les papiers sont répertoriés par sources et par dates. Aujourd’hui, 4000 sites sont pris en charge par le moteur de recherche, tous concentrés sur les États-Unis. « Nous sommes actuellement en plein développement des versions localisées de ce produit, ajoute Fabio Selmoni. Nous devrions le lancer prochainement sur le Vieux Continent et également au Japon. »

Pour l’heure, Google ne tire aucun revenu complémentaire de cette nouvelle application, même publicitaire.

 

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s