Quand les digital native forment les seniors dans les entreprises

Par défaut

Le « tutorat inversé » consiste à faire travailler de jeunes salariés avec des collègues plus âgés afin de développer les compétences numériques de ces derniers, appelés digital natives ou génération Y . Courrier International relate un article du Wall Street Journal à propos d’un binôme d’un nouveau type, formé de Rebecca Kaufman, 24 ans, et de Ron Garrow, cadre supérieur de 50 ans. L’expérience est édifiante.

Digital natives au travail

Elle, d’abord “terriblement intimidée” de devoir former un cadre de haut niveau. Lui, “freiné psychologiquement” par les 140 caractères de Tweeter. Elle, érigée en guide inflexible des premières formulations du quinquagénaire sur les réseaux. Lui réfractaire à s’exprimer en public, dans un univers professionnel, la banque, où il cultive le secret depuis deux ou trios décennies. Elle le poussant sur toutes les plates-formes. Lui avoue penaud : “Je voudrais twitter, mais je ne sais pas comment.

Après cinq mois de collaboration avec Rebecca, Ron totalise 2352 contact sur LinkedIn, vérifie son compte Twitter 8 à 10 fois par jour et continue d’avoir des réticences à franchir certains pas – par exemple rédiger un Tweet en présence de sa femme. Rebecca, elle, continue de lâcher à tout moment ses conversations avec Ron pour tapoter sur son portable – ce qui ne cesse de le laisser pantois. Un comportement “un peu maladroit” concère-t-il et d’ajouter qu’à son âge, il aurait sans doute plutôt cherché à faire bonne impression sur un cadre supérieur…

La causticité de ce cas de figure n’échappe à personne. Pour l’ancienne génération, il ne va pas complètement de soi que la vie de l’entreprise puisse être étalée dans les réseaux sociaux, ou que, tel un aveugle au pays des borgnes, un cadre accepte de se laisser dicter sa conduite – ou son image numérique par un post adolescent jamais sorti de sa chambre, fut elle connectée à l’Internet. Les vieux n’ont pas forcément tord.

Qui transmet quoi dans l’entreprise ?

La suprématie supposée des “digital native” en matière de nouvelles technologies trimballe aussi son lot d’idées fausses. Le débat est ouvert ici Y compris l’a priori qui donne le jeune meilleur que l’ancien en nouvelles technos. Car cela fait plus de vingt ans que l’informatique, -bureautique, mail, réseaux – a pénétré les enterprises. Nous en sommes au moins à la troisième vague de nouveaux salaries digitalisés ; jeunes et vieux, toutes les generations sont frappes du meme mal numérique, l’obsolescence des competences. Un chiffre pour le dire, cite par le Digital Society Forum : “Ce sentiment d’être dépassé ne touche d’ailleurs plus seulement les seniors, puisque plus de 20% des 30-39 ans déclarent que l’évolution technologique a rendu leurs compétences obsolètes ces deux dernières années. Côté diplôme, ce sont surtout les moins formés qui voient leurs compétences dépassées le plus rapidement.” Toutes générations dans le même bateau.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s