Les marketeurs du Web traquent votre confiance

Par défaut

L’économie collaborative est le dernier avatar des vagues de fond qui bouleversent notre environnement. Les nouvelles habitudes que nous prenons sur Internet sont-elles en train de changer les codes de confiance entre les gens ? C’est la question en cours. Entendu que, depuis quelques millénaires on fait plutôt confiance à « nos antennes » voire carrément à notre tarin lorsqu’il s’agit de « sentir » quelqu’un ou pas. Et de nos accorder notre confiance.

Ce n’est pas une question anecdotique. La confiance est comme le charbon au XIXe siècle ou le pétrole au XXe siècle, un gisement de valeur, un carburant que les nouveaux industriels du Web cherchent à extraire et à exploiter. Les gisements sont infinis, mais atomisés en chacun d’entre nous, les consommateurs. Les outils d’extraction se peaufinent ainsi que la datavisualisation et les cartographies visuelle voir : www.tags-graffitis.net. Mission compliquée : il s’agit de vous décider à accueillir un inconnu chez vous, à vous faire asseoir à la place du mort de la voiture de quelqu’un que vous ne connaissez pas ou à prêter de l’argent à quelqu’un dont vous ignorez même le nom… Mais les outils sont efficaces. Au point qu’ils changent nos a priori sur la question de la confiance.

C’est Justine Piclin, auteur d’un mémoire de recherche sur ce sujet à partir de 700 témoignages qui tire parmi les premières conclusions sur ouishare.

Ainsi sur le Web aussi, on accorderait sa confiance selon le moment du jour, l’humeur, la force du vent et l’âge du capitaine ? Sans vraiment y penser parfois ? Il serait plus simple que nos avis soient édictés d’un seul tenant, sans zone grise, sans repentir ni revirement. Julie Piclin, logique, imagine « une identité unique serait donc le meilleur moyen de renforcer la confiance entre utilisateur ; sauf que, reconnaît-elle honnêtement, 67% des répondants à mon étude sont contre la création d’une identité unique sur internet. » Contre cette forme d’engagement à vie, qui laisserait partout sa trace, ses stigmates ? Pas si cons les fossiles.

Publicités